Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre navigation.

En cliquant sur un lien sur cette page, vous donnez votre consentement pour l'utilisation des cookies.

INSTITUT MÉDICAL D'ENNERY Ennery Soins de suite et de réadaptation

LNA Santé se dote d'un pôle Recherche Clinique et Programmes Thérapeutiques

LNA Santé consolide son expertise médicale et paramédicale en créant son pôle Recherche Clinique et Programmes Thérapeutiques. Pour mener à bien cette nouvelle initiative, LNA Santé compte bien s'appuyer sur le large panel de compétences présentes au sein du groupe et capitaliser sur les nombreuses données collectées et « collectables » pour améliorer la prise en soin de ses patients et résidents. 

Publié le 08.02.19 - Expérimentation

En 2017. avant de créer ce nouveau pôle. La Direction Médicale. Qualité et Gestion des Risques (DMQR) avait souhaité sonder la « culture » de la recherche au sein des équipes LNA Santé. Ce sondage avait alors reçu un bel écho puisque 77 % des établissements y avaient répondu avec 80 % de pro­fessionnels affirmant une volonté de travailler dans la recherche clinique.

« Un retour encourageant», explique Julien Prim. Directeur de la direction Médicale. Qualité et Gestion des Risques. Par ailleurs. avec ce nouveau pôle. LNA Santé offre des perspec­tives inédites à ses équipes et se dote d'atouts considérables pour attirer les meil­leures compétences et les fidéliser. 

« Cette culture de la recherche clinique est un véritable vecteur de renforcement de notre expertise médicale. Il permet d'appliquer les meilleurs protocoles de prise en soin de nos résidents et patients. Cela va bien dans le sens de notre démarche d'amélioration continue. »
 

Un pôle pour simplifier le volet administratif de la recherche clinique 

Lors de ce sondage, les équipes médicales avaient largement exprimé le besoin d'être accompagnées dans leurs démarches adminis­tratives. La recherche clinique est en effet très encadrée.
 
« La loi lardé de 2016 a considéra­blement complexifié les démarches adminis­tratives, même pour des projets à la base très simples», souligne Dr Joséphine Bertin, Chef de Projet au sein de la DMQR. Le pôle, créé en juin 2018, assure donc l'ensemble des démarches liées au montage du projet. depuis l'obtention des autorisations réglementaires, en passant par le recueil et l'analyse des données, jusqu'aux publications scientifiques.
 
« Nous intervenons également pour débloquer certaines situations complexes, comme cela s'est produit récemment avec une étude initiée par le Dr Guy, Cardiologue du Clos Champirol (42), et portée par le Club des cardiologues du sport. Le premier patient vient d'entrer dans l'étude fin octobre après un dossier bloqué administrativement pendant plusieurs mois. » Le pôle assure également le suivi des études jusqu'à leur clôture et l'équipe de permanents va s'étoffer prochainement grâce au recrute­ment d'un attaché de recherche clinique pour prendre en charge ce volet. 
 

Les différentes typologies d'études 

Investigateur ou promoteur. il existe plusieurs façons d'intervenir en recherche. 
• soit on participe en tant que centre investigateur à une étude portée par un autre centre de recherche que l'on appelle alors promoteur ;
• soit l'étude émane du groupe :
- elle est pilotée par le siège et est menée sur plusieurs établissements : c'est alors une étude multicentrique pour laquelle LNA Santé est promoteur et les établissements centres investigateurs ;
- elle est initiée et menée par un établissement du groupe et concerne un seul établissement : c'est alors une étude mono­centrique dont l'établissement est promoteur.
 
Une opportunité d'ouvrir des champs de recherche moins explorés 
 
Si, dans certains domaines comme en Médecine Chirurgie Obstétrique (MCO), la recherche clinique est déjà florissante, d'autres champs sont moins investis, comme celui de la réédu­cation-réadaptation, de l'Hospitalisation à domicile (HAD), ou encore en Ehpad.
« Pourtant, on sent une forte attente de la part des pouvoirs publics sur ce sujet pour améliorer la prise en charge des patients"constate Julien Prim. LNA Santé va pouvoir y répondre en inves­tissant ces champs comme c'est déjà le cas avec l'étude intitulée « Cartographie des modes de prise en charge en HAD des patients hospi­talisés dans le cadre d'un traitement anti­néoplasique », dont LNA Santé est promoteur à 100 %.
 
« Tous les HAD du groupe sont concernés et, avec 400 à 500 séjours étudiés sur un an, les résultats intéressent particulièrement la communauté scientifique, y compris au niveau international, car l'HAD est une spécificité française. » La publication des résultats de cette étude est prévue pour 2019. 
 

Un pôle synonyme d'interlocuteur unique

 
Autre atout du pôle : sa capacité à convaincre es promoteurs. « Pour participer à des études d'envergure nationale, voire internationale, il faut être structuré et solide», commente Dr Joséphine Bertin.
 
Trois Ehpad LNA Santé, Les Jardins d'Olonne (85), La Chezalière (44) et le Parc de la Plesse (49) ont ainsi été identifiés pour participer prochainement (en tant que centres investigateurs) à une étude nationale, menée par le CHUlll de Nancy et l'AP-HP, sur l'hypertension artérielle. Le dossier est en cours de validation. 
 
« Le promoteur a un interlocuteur unique. Nous parlons le même langage, cela facilite le dialogue et notre connaissance des établissements nous permet d'identifier rapidement ceux qui correspondent aux critères recherchés pour intégrer une étude. » 
 

Des programmes thérapeutiques pour plus de cohérence

 
La deuxième grande mission du pôle est de coconstruire des programmes thérapeu­tiques avec les établissements, c'est-à-dire de modéliser la prise en charge du patient pendant toute la durée de son séjour en défi­nissant les actes professionnels, les évalua­tions, les objectifs... Un programme thérapeutique est le fruit de la réflexion conjointe des professionnels de plusieurs établissements du groupe.
 
Il est ensuite évalué et validé par le médecin expert du groupe, sur la base de résultats quantifiables, puis dupliqué sur l'ensemble des établisse­ments LNA Santé. « Structurer les prises en soin en les modélisant en programmes thé­rapeutiques garantit une prise en charge singulière de qualité au patient concerné, tout en amenant à réfléchir à une modélisa­tion LNA Santé de ceux-ci afin de les dupliquer harmonieusement dans chaque établissement précise Philippe Marrimpoey, Directeur Médical Sanitaire. 
 
 
Le lancement de ce pôle clinique est une occasion unique de développer une culture commune et cohérente en matière de prise en soin des patients et résidents au sein du groupe LNA Santé avec des synergies entre tous les métiers, en SSR, en HAD et en Ehpad.
 

L'organisation de la recherche clinique chez LNA Santé

Le pôle Recherche Clinique et Programmes Thérapeutiques est sous la direction du Directeur Médical Sanitaire, au sein de la DMQRm, le Dr Philippe Marrimpoey, auquel est rattachée une équipe dédiée composée de deux personnes, Dr Joséphine Bertin, qui pilote le pôle en tant que Chef de Projet, et une attachée de recherche clinique. 
 
Le comité scientifique est composé des médecins experts du Groupe LNA Santé, du Dr Corinne Haglon, Médecin Coordonnateur Référent groupe, de Corinne Laurat-Valette, Coordinatrice des Soins, et de Martine Franc, Cadre de Rééducation. Celui-ci aura pour rôle, entre autres, de donner les orientations stratégiques au Copil du pôle. 
 

Sur le même thème

Voir tous les articles
>